Étapes pour les installations d’eau potable

Essen, 29.01.2020 (PresseBox) – L’eau est la denrée alimentaire la plus importante de toutes, et elle est protégée de manière exhaustive : Elle doit être hygiéniquement parfaite et sans aucun effet néfaste sur la santé. Il faut donc éviter toute influence négative, en particulier l’introduction du plomb.
L’hygiène de l’eau potable et le respect de toutes les limites prescrites sont des questions sensibles et complexes et doivent être prises en compte dans les projets de construction. Pour obtenir un résultat satisfaisant et sûr, il est nécessaire de fixer le cap dès la phase de planification. En effet, l’installateur en particulier, mais éventuellement aussi le propriétaire du bâtiment, le bureau d’études et le Maître d’Ouvrage ont également une responsabilité et ainsi, ils peuvent être appelés à rendre des comptes en cas de problèmes ou de dangers. Il existe toute une série de raisons pour les pertes de qualité, telles que le type d’installation des conduites, le contact avec des matériaux inadaptés, la stagnation dans des sections de conduites moins nombreuses ou inutilisées ou un échauffement hors norme. Si ces facteurs sont ignorés dans une installation d’eau potable, la croissance des bactéries peut être favorisée. Ces derniers sont responsables d’infections, par exemple. Un point central concerne la teneur en plomb de l’eau – il est important d’examiner de près sa valeur limite.
Les informations suivantes sur la qualité de l’eau potable contribuent à produire une installation de haute qualité conçue pour la sécurité et la durabilité. Après tout, il doit répondre aux exigences fonctionnelles pour une durée de vie calculée à 50 ans.
Nouveau = sans plomb ?
Dans les bâtiments nouvellement construits, on pourrait facilement donner l’impression que les systèmes installés pour l’eau potable sont sans plomb. Pour le dire clairement : ce n’est pas le cas ! On sait que trop de plomb est un danger pour la santé, en particulier pour les enfants à naître, les nourrissons et les tout-petits. Afin de garantir la qualité de l’eau potable, la directive européenne 98/93-CE limite donc la quantité de plomb dans l’eau potable à 0,01 mg/l. Avec l’ordonnance sur l’eau potable, cette valeur limite est entrée en vigueur en Allemagne dès 2013. La moitié de cette quantité – soit un maximum de 0,005 mg/l – peut être rejetée par le fournisseur d’eau. La deuxième partie pourrait être saisie de manière purement mathématique par l’installation domestique. La valeur limite de 0,01 mg/l se réfère donc à la somme de l’apport total en plomb.
Ce fait n’est pas négligeable : tous les composants en contact avec l’eau après son transfert dans le bâtiment – des raccords et des canalisations aux compteurs d’eau – ainsi que la composition de l’eau peuvent influer sur la teneur en plomb. La liste positive UBA énumère les matériaux métalliques approuvés qui doivent être utilisés exclusivement pour les installations d’eau potable depuis le 10 avril 2017. La liste a depuis été modifiée à quatre reprises, la dernière fois le 21 novembre 2018, et ces matériaux métalliques constituent la base des produits qui seront finalement installés dans les bâtiments. Selon l’état actuel, la liste positive comprend également les matériaux qui contiennent une quantité minimale de plomb, par exemple comme composant d’alliage ou comme élément d’accompagnement inévitable.
Des conséquences dramatiques
Il en résulte ce qui suit : Même si seuls des produits fabriqués à partir des matériaux approuvés sont installés, la valeur limite de 0,01 mg/l peut être dépassée. Cela peut être dû à la somme des composants installés, par exemple. Si cela se produit, l’eau ne doit plus être utilisée pour la boisson et la préparation des aliments. La recherche des causes et du remède suit ensuite – un processus complexe et éventuellement coûteux.
Un resserrement de la valeur limite est actuellement en discussion. Cela aurait pour effet de réduire davantage la quantité de plomb pouvant être introduite par tous les composants. Si la moitié de cette somme devait continuer à être comptabilisée par les installations domestiques, le problème du plomb pourrait s’aggraver.
La solution : sans plomb
Il est possible d’éviter cela en choisissant des composants sans plomb à partir du point de transfert du fournisseur d’eau vers l’installation domestique. De nombreux raccords de système en bronze au silicium sans plomb (CuSi) de différentes séries sont disponibles aujourd’hui. Comme ils ne contiennent pas l’élément indésirable, ils n’en libèrent pas dans l’eau potable. Cela est prouvé par les nombreuses certifications d’un fabricant de qualité comme SANHA. Les composants en acier inoxydable de haute qualité sont également adaptés aux installations sans plomb. Le tableau fournit des informations sur les combinaisons possibles.
Autres propriétés des matériaux
Outre l’aspect „sans plomb“, la qualité du matériau joue également un rôle. Le bronze au silicium est extrêmement résistant à la dézincification et à la fissuration par corrosion sous contrainte. Grâce à sa surface extrêmement propre et à sa résistance à la dézincification, la série de raccords PURAPRESS de SANHA, par exemple, représente une solution premium très hygiénique. La densité élevée du matériau signifie également qu’il n’y a pas de porosité de coulée. Si les composants sont installés de manière professionnelle, le résultat est un système d’eau potable de haute qualité. Il y a d’autres aspects importants à prendre en compte lors de la phase d’étude.
Minimiser les temps de stagnation
Une conception axée sur la demande garantit que, même en fonctionnement normal, un changement suffisant de l’eau dans le système peut avoir lieu. La condition préalable est un calcul exact du réseau de conduites, dans lequel il faut tenir compte des résistances individuelles réelles et d’une simultanéité adaptée au comportement de l’utilisateur. Au lieu d’une installation en T, les points de prise sont maintenant connectés en boucle. Des points de prise régulièrement utilisés peuvent être disposés à la fin de cette installation en boucle. Une autre possibilité consiste à concevoir une ligne de plancher entière comme une ligne de ceinture. Les deux méthodes d’installation assurent une excellente distribution de l’eau dans les tuyaux au sol grâce à une installation de tuyaux flexibles et à faible raccordement. Pour une installation à faible perte de pression, des coudes à débit optimisé, des pièces en T et des pièces de raccordement filetées, des angles muraux ou des disques muraux ainsi que des disques à double paroi en bronze au silicium et en acier inoxydable sont disponibles.
Espacement et isolation
Les températures des conduites d’eau froide et chaude doivent être limitées par une installation et une isolation professionnelles afin d’empêcher la croissance des bactéries. Les mesures importantes sont les suivantes : distance suffisante entre les conduites d’eau froide et les installations caloporteuses, pas de pénétration par des chapes chauffantes et puits séparés pour les colonnes montantes. Cela garantit que l’eau froide est chauffée jusqu’à un maximum de 25 °C et l’eau chaude pas en dessous de 55 °C. Ces valeurs s’appliquent à toutes les parties du système.
Produits propres – traitement propre
Outre le matériel, la manipulation des produits a un effet. Ainsi, les entreprises axées sur la qualité veillent à ce que les pièces en contact avec l’eau soient soigneusement protégées après la production. Les tubes sont munis de bouchons de fermeture et les raccords sont emballés de manière hygiénique dans des sacs de protection. Les bouchons sont retirés immédiatement avant l’installation, et les raccords sont séparés des sacs de protection uniquement avant la pose. L’installateur vérifie la propreté de tous les composants avant l’assemblage. En cas d’interruption du montage, les extrémités ouvertes des réseaux doivent être solidement fermées. De cette façon, le moins possible de particules de saleté et d’humidité pénètrent dans l’installation. Le premier pourrait constituer un terrain propice à la prolifération des micro-organismes, tandis que l’humidité combinée à l’oxygène peut entraîner la corrosion des métaux de base.
Test d’étanchéité et salubrité du réseau
Un test d’étanchéité doit être effectué avant que les tubes puissent être définitivement isolés et les cavités fermées. Enfin et surtout, les bureaux d’études et les installateurs sont tenus de présenter une installation d’eau potable parfaitement hygiénique et sécuritaire à l’utilisateur finale. Le système d’eau potable pourra alors être exploité en permanence de manière fiable conformément au cahier des charges.
„Base d’évaluation des matériaux métalliques en contact avec l’eau potable“ de l’Agence fédérale de l’environnement (extrait)
L’aptitude des matériaux métalliques à être utilisés pour une eau potable saine est déterminée pour les trois groupes de produits suivants
A) Les tubes,
B) Raccords, raccords de tuyauterie, appareils, pompes et
(B1) Les composants des accessoires, des raccords de tuyauterie, des appareils et des pompes des installations d’eau potable dont la surface totale en contact avec l’eau ne dépasse pas 10 % de la surface totale du composant en contact avec l’eau.
(B2) Les accessoires, raccords de tuyauterie, appareils et pompes dans le domaine de l’approvisionnement en eau en dehors de l’installation d’eau potable avec un débit normalement permanent.
C) Les éléments de robinetterie, les raccords de tuyauterie, les appareils et les pompes dans la zone d’approvisionnement en eau en dehors de l’installation d’eau potable (B2), dont la surface totale en contact avec l’eau ne dépasse pas 10 % de la surface totale de l’élément en contact avec l’eau
L’utilisation de matériaux pour tubes (A) peut être limitée à certaines eaux potables. Les matériaux des groupes de produits (B1) et (B2) doivent avoir une aptitude générale à l’hygiène de l’eau potable et sont évalués en conséquence par l’Agence fédérale de l’environnement. Cela signifie qu’ils peuvent être utilisés avec toutes les eaux potables. Les matériaux du groupe de produits (C) ne sont pas explicitement répertoriés, mais doivent répondre à certaines exigences concernant leur composition chimique.
Source : Agence fédérale d’Allemagne de l’environnement, base d’évaluation pour les matériaux métalliques

Unternehmen: SANHA GmbH & Co. KG


Den Originalartikel finden Sie auf www.pressebox.de